txtdefil.php
* Pour télécharger le plan de Rochefort-du-Gard, cliquez ici : *

La VILLE

UN PEU D’HISTOIRE

A quelques kilomètres de « l’Altera Roma » (Avignon), séparé par le Rhône et par des limites administratives, le village de Rochefort-du-Gard était nommé « Roca Fortis » appellation signifiant la roche forte, due à sa situation physique.

En effet, en hauteur, sur la roche, se dresse le Castelas, une ancienne chapelle romane du XIIème siècle. Première église paroissiale consacrée à St Bardulphe, elle fut incluse dans le vieux village, cernée par des remparts. Existant déjà en 1195 elle figurait sur la liste des possessions de l’Abbaye Saint André. De style roman, fortement remaniée au XVIIe siècle, son chœur voûté en cul de four est décoré par une bande de dents d’engrenage qui date de la première moitié du XIIe siècle. Les fresques remontent à 1608. La nef garde son bénitier. Sa cuve baptismale se trouve désormais dans l’église du village. Tel quel, isolé maintenant par la destruction des maisons qui l’entourent, il surplombe majestueusement le vieux village, défiant les siècles et les modes. Deux cloches subsistent,  celle de l’ouest date de 1641, celle du sud a été refondue en 1954.

Au cœur du village, on rend hommage à Raymond VI, Comte de Toulouse durant la croisade albigeoise et propriétaire de Rochefort qu’il donna aux habitants par un acte en 1198.

La Chapelle Saint-Joseph (ancienne mairie) fut construite en 1734 pour remplacer le Castelas devenu vétuste et difficile d’accès. Sur une pierre de la salle des mariages et sur la grille en fer forgé de la façade à droite, on peut voir les initiales de Pierre Palejay, un bourgeois du village qui la fît construire. Les pierres de l’ancienne fortification du Castelas ont été utilisées pour sa construction. En 1803 le bâtiment fut vendu à un particulier pour être racheté par la municipalité  en 1817 pour en faire la maison commune (mairie).

L’Eglise actuelle, dédiée à Saint-Bardulphe date de 1844.

Le lavoir à colonnes doriques achevé en 1807 a été récemment restauré.

Enfin, en prenant la direction de Tavel, sur la colline, c’est le site exceptionnel de Notre Dame de Grâce qui s’offre au regard. Le monastère, encore en activité, présente un grand intérêt spirituel et patrimonial, il doit sa création à l’ordre de Charlemagne, puis devient monastère bénédictin jusqu’à la révolution. Au XVIle siècle un renouveau lié à la réforme catholique fait qu’il est entièrement rénové et agrandit. Couvent de maristes en 1836 et enfin un foyer de charité à partir de 1964. Avec sa nef voûtée d’arêtes, son autel baroque, le cœur de la Chapelle, le musée des exvotos, le grand couloir des religieux, la salle des confessions à l’acoustique étonnante, le grand calvaire du XIXe siècle. Notre Dame de Grâce est un lieu pittoresque à voir.

Riche de son histoire, Rochefort-du-Gard est un lieu pittoresque où les habitants aiment vivre et se souvenir comme en témoigne la reconstruction de la Fontaine de l’Ange

Tout autour de l’ancien village, des constructions plus modernes avoisinent avec des constructions en cours de réhabilitation, des quartiers entiers ont vu le jour sur une grande partie de la superficie de la commune, et c’est tous ensembles qui fait l’actuel Rochefort.

Les habitants de Rochefort-du-Gard

Avec ses 6 667 habitants au recensement de 2006, Rochefort du Gard est une ville en progression constante. La population a augmenté de plus de 14 % depuis 1999 et il a été comptabilisé 6822 habitants au recensement intermédiaire de 2008,

En 2006 la commune comptait 434 ménages de plus qu’en 1999. La population totale se répartissant essentiellement dans des maisons, (92 % des cas).

Vous pouvez consulter l’enquête complète du recensement 2006 en cliquant sur le lien suivant :

recensement-2007


Unique visitors to post: 1 486

blason